Archives mensuelles : juillet 2015

Tamburello

Juillet. Une terrasse, des pavés, une table. Une tasse de café asséché, un sachet de biscuit entrouvert, deux verres remplis d’une bière fraîche. Arvad et elle, chacun sur une chaise, négocient une brise.
Le soleil s’en fout. Sans adversaire, dans le vide, il frappe. Seul dans le ciel, coin bleu que l’on regarde à contresens, égoïste, il ne laisse aucune place à ses amis cotonneux et frileux qui l’accompagnent la plupart des jours. Les nuages se cachent, derrière les volumes des montagnes, loin de là, enfants vexés d’être ainsi snobés, ils se chamaillent, se reposent et reviendront pour couvrir la chaleur d’une journée sans couleur, récif trompeur. Continuer la lecture