ZESTH et le faux Stand-by

Sortez les mouchoirs, placez-les en dessous de vos jolis yeux pour en récolter la pluie de larmes qui va y ruisseler. Comme indiqué dans le titre de l’article, et ça le brise mais c’est ainsi, ZESTH va devoir ralentir son flux de publication(s)  et ce malgré son envie qui prend la tangente de cette décision. Comme la sympathie sommeille en lui, il va vous en expliquer les raisons.

En effet, et je reprends les commandes, ce petit dos d’âne concernant les publications de nouvelles n’arrive pas seul. Que vous soyez lecteur régulier, moins régulier ou même visiteur tombé ici par hasard, je vous annonce que je viens de boucler un manuscrit de nouvelles que je vais m’empresser d’envoyer à des comités de lecture se trouvant dans telle ou telle autre cave d’une maison d’édition.

Par la même occasion, j’en profite pour me lancer plus sérieusement dans les concours de nouvelles, ces mêmes concours exigent que les  nouvelles proposées soient inédites et c’est principalement, vous l’aurez deviné, ce qui explique que je ne puisse publier ce travail ici-même.

Cela dit, je ne donne pas cher de moi dans la durée et suis persuadé que les publications (en travaillant un peu plus) garderont leur rythme régulier sur le site.

En vrai (pas vraiment), tout ceci est clairement manigancé pour que vous me désiriez encore un peu plus à chaque lecture.  Paraît même que la semaine serait propice à la publication d’un ou deux textes. Sait-on jamais….
La vraie seule différence avec avant, c’est que ZESTH, en amoureux des promesses tenues, ne peut vous promettre une publication régulière.

Je vous souhaite un bon début de semaine et  en profite pour vous remercier de vos quelques lectures. Si vous saviez comme elles me réchauffent le palpitant… Si vous saviez…

ZESTH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *